A priori, la migraine désigne une forme de maux de tête touchant de 7 à 8 millions de personnes en France. Cependant, tous les maux de tête ne sont pas des migraines ni des céphalées en général.

Migraine – Qu’est-ce que c’est ?

Tout d’abord, le terme « Céphalée » indique un « mal de tête ». D’ailleurs, la céphalée primaire désigne soit la céphalée « de tension » soit la migraine.

Ainsi, la céphalée de tension résulte d’une tension excessive des muscles du cou et de la face. D’ailleurs, plusieurs facteurs peuvent engendrer une céphalée de tension.

  • Stress
  • Surmenage intellectuel
  • Mauvaise posture
  • Sous-oxygénation
  • Surcharge digestive

Par ailleurs, la « migraine » se caractérise par une inflammation et une vasodilatation des vaisseaux sanguins intracrâniens. Néanmoins, elle n’est pas facilement différenciable de la céphalée de tension et céphalée migraineuse. Ainsi, un certain nombre de critères peuvent la définir.

type de céphalée : migraine, de tension, sinus et de horton

 

Céphalée de tension épisodique Céphalée migraineuse
Le plus souvent bilatérale (la douleur touche les deux cotés du front, des tempes ou de la nuque) Le plus souvent unilatérale (la douleur touche uniquement une moitié de la tête, d’où le « mi de migraine »)
Généralement non pulsatile Généralement pulsatile (battements)
Généralement non aggravée par l’effort Généralement aggravée par des efforts minimes
Rare signes digestifs (nausées, vomissements) Signes digestifs fréquents (9 fois sur 10)
Amène parfois à fuir la lumière et le bruit Hypersensibilité à la lumière (photophobie) et au bruit (photophobie)
Douleur généralement légère à modérée Douleur le plus souvent importante ou très importante

La migraine : plus de femmes touchées que d’hommes

A priori, la prédominance de la migraine au sein de la gent féminine s’explique par la piste hormonale. En effet, ce phénomène affiche un ratio de 3 femmes pour 1 homme.

D’ailleurs, les crises migraineuses se manifestent souvent chez la femme à la proche de la puberté. Généralement, elles ressurgissent régulièrement au début du cycle menstruel. Enfin, elles disparaissent à la ménopause.

Ainsi, la migraine « cataméniale » désigne la crise migraineuse survenant de 2 jours avant le début des règles jusqu’à 3 jours après. Enfin, cette migraine résulte de la chute brusque des taux de l’œstradiol.

Quel traitement médicamenteux contre la crise migraineuse ?

Généralement, le remède contre la crise migraineuse se base sur la prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, notamment d’ibuprofène.

Dans le cas où ce soin ne soulage pas votre migraine, la prise du triptants agit d’une manière vasoconstrictrice au niveau des vaisseaux sanguins intracrâniens.

D’autre part, le traitement préventif préconisé habituellement emploie le propranolol. Cependant, ce bêtabloquant engendre plusieurs effets secondaires.

  • Fatigue
  • Perte temporaire de cheveux
  • Ralentissement du rythme cardiaque
  • Nausées
  • Cauchemars
  • Diminution de l’acuité auditive

Attention ! La surconsommation d’antalgiques AINS et d’antimigraineux spécifiques produit une vraie toxicomanie entretenant les céphalées. Bref, l’effet inverse recherché !

Quelle plante pour soigner la migraine ?

Généralement d’origine héréditaire, la migraine touche souvent les femmes. Cependant, vous pouvez soulager le mal de tête, en crise ou en traitement de fond, grâce à certaines plantes.

  • La caféine : une tasse de café, de thé ou de maté permet de limiter l’intensité de la migraine. Cependant, cette substance a l’effet escompté chez les consommateurs occasionnels de café.
  • La menthe poivrée : vous pouvez l’utiliser sous forme d’huile essentielle en usage externe sur le front, les temps, la nuque et les lobes de l’oreille.
  • La grande camomille : utilisée en cataplasme depuis le 19e siècle contre la migraine, cette plante est efficace même en usage interne (tisane).
  • L’écorce de saule blanc : correspondant à de l’aspirine naturelle, cet antidouleur soulage efficacement les maux de tête. Vous pouvez l’utiliser en décoction, en gélules ou en extraits secs.
Menthe poivrée contre la migraine

Quels aliments donnent la migraine ?

A priori, l’alimentation aurait un impact sur le déclenchement des crises migraineuses.

D’ailleurs, une personne migraineuse souffre généralement d’allergie ou d’intolérance au sens large. Ainsi, l’hypersensibilité à certains aliments peut provoquer des migraines. D’autres facteurs environnementaux peuvent favoriser ces crises : lumière vive, bruit, variations climatiques…

D’autre part, il existe plusieurs catégories d’aliments déclencheurs de migraines contenant du :

  • Aspartame : produits diététiques
  • Glutamate monosodique : sauce soja…
  • Histamine : aliments fermentés
  • Nitrites : charcuteries
  • Sulfites : vins, fruits secs
  • Tannins : vins
  • Tyramine et phényléthylamine : fromages périmés, chocolat, agrumes, vinaigre…

Enfin, un dépistage des intolérances alimentaires vous permettra de vous prononcer concernant certains aliments et additifs allergènes.

  • Céréales contenant du gluten
  • Crustacés et produits à base de crustacés
  • Œufs et produits à base d’œufs
  • Poissons et produits à base de poissons
  • Arachides et produits à base d’arachides
  • Soja et produits à base de soja
  • Lait et produits à base de lait, y compris de lactose
  • Fruits à coques
  • Céleri et produits à base de céleri
  • Moutarde
  • Graines de sésame
  • Anhydride sulfureux et sulfites en concentration de plus de 10 mg/k ou 10 mg/l
  • Lupin
  • mollusques

Quelle huile essentielle pour la migraine ?

A priori, une certaine molécule aromatique peut soulager et soigner une douleur vasculaire et neurologique. En effet, le menthol, composé de l’huile essentielle de la menthe poivrée, est un vasoconstricteur. D’ailleurs, il permet de resserrer les vaisseaux dilatés et accélérer le débit du flux sanguin. En plus, le menthol anesthésie les tissus le recevant par réfrigération.

D’ailleurs, cette action anesthésiante soulage toutes les douleurs localisées et sans plaie.

D’autre part, le camphre est l’autre molécule aromatique permettant d’apaiser une crise migraineuse. Ainsi, vous pouvez le retrouver dans les huiles essentielles de lavandin, de lavande aspic et du romarin camphré.

En effet, son action antalgique devient plus efficace en association avec le menthol.

Avis de notre experte en Herboristerie

Grande Camomille + Coenzyme Q10 +  Magnesium

Selon des études, l’association de la grande camomille, du CoQ10 et du magnésium réduira la fréquence moyenne des crises de migraine. Ainsi, donnez-vous au moins 3 mois pour apprécier l’efficacité de ce traitement de fond.
La supplémentation en coenzyme Q10 apporte des effets bénéfiques et permet de diminuer la fréquence des crises.
Enfin, vous pouvez soulager les troubles persistants du sommeil grâce à une supplémentation en mélatonine – ou en tryptophane, précurseur de la sérotonine et de la mélatonine.

Magnésium : Minéral naturel essentiel dont la carence peut provoquer une sensation de fatigue, d’irritabilité et des crampes

Coenzyme Q10 : Appelé aussi ubiquinone, se trouvant dans de la viande du bœuf, les harengs, les sardines et les cacahuètes.

Mélatonine : Hormone du sommeil utilisée pour améliorer l’humeur et le taux de glycémie.